Entre les branches

Les aventures d'une enseignante francophone

Un peu de contexte

le 7 novembre 2011

L’article d’aujourd’hui est une version adaptée d’une section de mon témoignage à la
Journée de réflexion sur la francisation en Atlantique à l’Université de Moncton (dont j’en ai parlé 
jeudi). Comme c’est en  préparant mon témoignage que j’ai eu l’idée de créer un blogue, il me sert d’un bon tremplin pour faire ma première série d’articles.

Dans mon premier  article, j’ai parlé de mes conditions de travail. Ici, je donnerai un peu d’histoire de la région et je décrirai les conditions actuelles du milieu.

Dans les deux écoles où j’enseigne, la clientèle est plutôt  homogène.  La quasi-totalité  des élèves  sont d’origine française ou acadienne (certains élèves étant seulement la
quatrième génération au Canada). En général, les grands-parents de mes élèves parlent  toujours français. Cette génération s’est fait battre à l’école pour parler
français (ce qui a entrainé un très faible taux de scolarisation) et persécuter
dans la région environnante.   À cause des difficultés qu’ils ont vécues, beaucoup de ces gens ont choisi d’élever leurs enfants en anglais.  En conséquence, une génération unilingue anglophone  s’est produite (les parents de mes élèves).

Dans les années 70, grâce au mouvement de revendication culturelle  et linguistique, on a mis sur pied un programme d’immersion  pour permettre à cette génération «perdue»  de retrouver sa langue.  Plus tard, l’article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés a permis l’ouverture des  écoles francophones, puis la création d’un conseil scolaire francophone.

Aujourd’hui, des anciens élèves du système francophone ont  atteint l’âge adulte et commencent à mettre leurs enfants à l’école francophone.  Ainsi, certains élèves au primaire ont des  parents bilingues.  Cela est un atout qui  facilite beaucoup les devoirs et la communication entre l’école et la maison.  Pourtant, il demeure la réalité que même ces élèves n’ont pas l’habitude de parler français  à la maison car leurs parents ont quand-même été élevés en anglais (par des parents anglophones).

Quant à la communauté, un bon nombre de services existent en français mais, dans la région environnante, l’accès est beaucoup plus limité. Les associations francophones de la région tentent d’offrir des activités culturelles et sociales pour préserver la langue dans la communauté.

En général, les élèves connaissent bien leur culture et leur  histoire.  Le but de la francisation à l’école  sera donc de leur donner les habiletés langagières de s’exprimer dans leur langue sans crainte.

Publicités

One response to “Un peu de contexte

Commentez cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :