Entre les branches

Les aventures d'une enseignante francophone

L’hypocrisie de « Pourrir le web »

le 23 mars 2012

L’histoire d’un prof de Lycée parisien qui a « pourri le web » pour jouer un tour sur ses élèves qui font du plagiat.

Un  article sur rtbf résume et explique la démarche du prof, lui donnant raison:

Si certains professeurs ne se rendent peut-être pas bien compte de ces tricheries facilitées avec l’avènement des nouvelles technologies et maintenant des smartphones permettant de telles pratiques « en temps réel« , gageons que cela change dans un futur (très) proche. Oui, maintenant vos professeurs savent aussi utiliser internet.

À première vue, j’ai trouvé l’idée bien amusante mais en lisant son article, je suis devenue de plus en plus mal à l’aise. En lisant sa conclusion que  » les élèves au lycée n’ont pas la maturité nécessaire pour tirer un quelconque profit du numérique en lettres », mon sang bouillait… Fallait répondre.

Après avoir réfléchi, je suis maintenant carrément convaincu de l’hypocrosie et du manque d’éthique de cette démarche.

  1. Tendant le piège à ses élèves, le prof les a « invités à fournir un travail exclusivement personnel » sans l’exiger.  Voilà une nuance importante.  Les élèves avaient le droit implicite de consulter d’autres sources.
  2. Il a délibèrement choisi un texte où les ressources n’existaient pas, assurant l’impossibilité qu’un élève fasse une recherche web appropriée.
  3. Il est bien hyprocrite de faire une leçon sur l’honneteté intellectuelle en ayant recours aux techniques de fraude (créant des sites pour le seul but d’améliorer sa visibilité Google, se faire passer pour un élève et un érudit).
  4. Le prof a pris toutes les démarches pour donner l’apparence de validité à ces sites.
  5. (et surtout) Il a donné ce travail en début d’année, sans former les élèves sur la façon approprié de citer des sources et de juger la qualité de l’information.

Certes, les élèves n’auraient pas dû copier.  Surtout ceux ayant recours au site de corrigés payants devaient savoir que leurs actions contournaient les règles.  Je dois aussi féliciter le prof pour avoir corrigé sans noter les travaux pour ne pas punir les élèves.  Mais je ne peux pas approuver d’une démarche où le prof lui-même a recours au fraude intellectuel pour prouver que le plagiat n’est pas acceptable. Et surtout, on ne pas conclure que les élèves ne sont pas capable de tirer profit des TIC à cause d’un échec où le prof a fait tout son possible pour leur mettre des bâtons dans les roues.

Publicités

Commentez cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :