Entre les branches

Les aventures d'une enseignante francophone

Réflexions sur les appareils mobiles en classe

le 2 août 2013
Image gracieuseté du compte Flickr English 106: http://www.flickr.com/photos/english106/

Image gracieuseté du compte Flickr English 106: http://www.flickr.com/photos/english106/

Selon moi, la prolifération des TICs, particulièrement les appareils mobiles, présentent énormément de possibilités quant à l’inclusion des élèves en difficulté.  Loin de nier à l’apprentissage de la grammaire et de l’orthographe, comme le déplore un grand nombre d’adultes, l’utilisation de la messagerie texte (le SMS ou les textos) n’a aucun effet négatif sur la qualité du français écrit[1].  Au contraire, grâce aux textos, les jeunes écrivent davantage, bénéficient d’un correcteur orthographique[2] et développent plus de souplesse autour de la langue.  Pour les élèves en difficulté en particulier, la messagerie texte présente des grands avantages en salle de classe.  Il s’agit d’un moyen de communication pour les élèves sourds ou malentendants.  De même, les élèves ayant des difficultés de la parole se sentent souvent plus à l’aise à communiquer par texto qu’à l’oral.

En exploitant les appareils mobiles en salle de classe, ma collègue a remarqué un « renversement du pouvoir » dans la classe.  Tout d’un coup, des élèves en difficulté se trouvaient parmi les premiers à répondre aux questions. De ma part, je travaillais avec un élève présentant une déficience légère qui se trouvait très à l’aise au clavier de son iPod.  En effectuant ses travaux à l’aide d’une tablette, il a écrit beaucoup plus ces productions écrites qu’il aurait produit à la main ou même au clavier de l’ordinateur.  Il a également bénéficié des applications qui l’aidaient à taper moins et qui lui suggérait des combinaisons de mots.

Si on se plaint du fait que les élèves sont « gâtés » par la technologie, qu’ils « perdent leur temps » à envoyer des textos et qu’ils sont « distraits » par leurs appareils mobiles en classe, on se prive de l’occasion d’aider les élèves en difficulté, ainsi que tous les élèves.

Par contre, il est vrai que les appareils mobiles sont un outil à double tranchant.  La tentation de vérifier ses réseaux sociaux, envoyer des textos et feuilleter dans Internet est souvent trop forte pour les élèves.  De même l’intimidation devient de plus en plus envahissante et les élèves peuvent se servir de leurs appareils en classe pour commettre de la cyberintimidation.  Pourtant, ces comportements ne sont pas nouveaux.  Les élèves se disposent de méthodes de pratiquer l’intimidation et de se distraire de la tâche depuis que l’éducation formelle existe. La solution demeure de garder les élèves engagés.  Si on leur demande une utilisation fréquente de leurs appareils à fins pédagogiques, on peut minimiser ces distractions.


Publicités

Commentez cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :